Quels sont les meilleurs acteurs de la finance durable ?

Répondre aux différents enjeux environnementaux, sociaux et économiques est actuellement la préoccupation première de nombreux Français, particuliers comme professionnels. Or, et pour que cela fonctionne, la finance doit bien entendu également entamer un véritable changement. La finance verte fait ainsi partie des solutions les plus régulièrement envisagées pour répondre à ces problématiques.

Mais qu'est-ce que la finance durable ou finance verte ? Quelles en sont les acteurs majeurs ? Comment peut-on agir en tant que particulier, en investissant dans la finance durable ?

Découvrez notre classement des meilleurs acteurs de la finance durable en France, ainsi que quelques explications et conseils pour participer vous aussi à la transition écologique actuelle.

Helios : la néobanque éco-responsable

capture decran 2022 11 21 a 174900
Compte courant Hélios

La néo-banque écoresponsable Hélios fait sans doute partie des meilleurs acteurs de la finance durable actuellement en France. L'objectif de celle-ci est clair et est de vous permettre de réduire votre empreinte carbone facilement.

Hélios pars simplement du principe que les investissements réalisés dans les banques classiques servent notamment à financer l'extraction de gaz et de pétrole, ce qui accélère la crise climatique que nous connaissons actuellement.

En tant que néobanque éthique et durable, Hélios vous propose une expérience bancaire moderne qui vous garantit que votre épargne va soutenir des projets verts et écologiques. Cette néobanque vous propose même de payer vos achats avec une carte bancaire en bois.

L'ensemble des dépôts des clients dans la néobanque Hélios sont investis dans des projets à impact écologique et social ou mis en réserve.

Mais Hélios est également une néobanque hautement qualitative qui rencontre un grand succès actuellement sur le marché français. Les utilisateurs apprécient notamment son application particulièrement ergonomique et pratique, son service client attentif et humain ainsi que la possibilité pour chaque client de disposer d'un chargé de compte personnel. Il est même possible d'y ouvrir un compte commun et un compte épargne.

Hélios est donc sans aucun doute et à notre avis la néobanque verte la plus complète qui vous permet d’agir pour l’environnement au quotidien.

  • La possibilité d'ouvrir un compte joint ;
  • Votre argent réinvesti dans des projets durable ;
  • Une application mobile bien pensée ;
  • Une carte bancaire en bois ;
  • Un compte épargne vert.
  • Pas de chéquier disponible.

OnlyOne : le compte qui suit l’impact de vos finances

capture decran 2022 11 21 a 175027
Compte à impact OnlyOne

OnlyOne est un autre acteur majeur de la finance verte actuellement en France et une fintech indépendante et 100% digitale. Cette néobanque se donne pour mission de créer un modèle de compte de paiement différent, plus vertueux dans le but de repositionner le milieu bancaire au cœur de la société et des réalités écologiques actuelles.

OnlyOne propose en effet une application permettant de gérer les opérations courantes du compte bancaire au quotidien mais qui permet aussi et surtout de comprendre et de réduire l'impact environnemental de sa consommation grâce à un score d'impact environnemental exclusif et à d'autres outils d'aide au changement.

OnlyOne finance également des projets à fort impact social et environnemental, comme des projets de compensation carbone ou de lutte contre la malnutrition grâce à un système d’arrondi ou d’épargne.

OnlyOne propose enfin une fonctionnalité spécifique appelée éco-coach et qui vous permet de calculer votre empreinte carbone et de la réduire.

  • Une ouverture de compte simple et rapide ;
  • Un IBAN français ;
  • Une carte Mastercard recyclée qui finance la protection de la biodiversité ;
  • Des paiements sans frais à travers le monde ;
  • Des notifications en temps réel et un outil de gestion ;
  • Des outils d'arrondi et d'épargne pour financer des projets durables ;
  • Des avantages chez des partenaires verts.
  • Pas de dépôt de chèque ou d'espèces ;
  • Pas de crédit ni de découvert.

Goodvest : l’assurance vie aux fonds durables

La société Goodvest une fintech française récente puisqu'elle a été créée en 2020. Actuellement, elle ne propose qu'un seul produit d'épargne, à savoir une assurance vie durable gérée par Generali.

L'objectif de Goodvest est de proposer la toute première assurance-vie alignée sur l'accord de Paris. L'assurance-vie proposée par Goodvest réunit en effet plusieurs avantages, dont une réelle transparence, avec une visibilité claire de l'impact environnemental des fonds investis, la liste des fonds composant le portefeuille boursier ainsi que la liste des entreprises qu’il finance.

Goodvest montre également un engagement fort grâce à une politique d'exclusion stricte des secteurs néfastes avec une composition de son portefeuille entièrement en fonds d'investissement labellisé et une gestion conseillée permettant un alignement des portefeuilles sur une trajectoire estimée à 2° maximum de réchauffement climatique.

Cette assurance-vie écoresponsable est accessible à partir de 500€ seulement et propose un mode de gestion 100% pilotée. Cette gestion repose uniquement sur des ETF et des OPCVM qui ont été sélectionnés avec soin dans le but de répondre aux impératifs climatiques. 

Les investissements réalisés par le biais de cette assurance vie peuvent inclure l'emploi et la solidarité, la transition énergétique, la santé, les pays émergents, l’eau, les forêts ou encore les innovations technologiques.

  • Un portefeuille incluant de nombreux ETF ;
  • Gestion pilotée transparente ;
  • Une visibilité claire, de l'impact environnemental ;
  • La première assurance vie 100% verte.
  • Pas de fonds immobilier ;
  • Pas de fonds en euros.

Qu’est ce que la finance verte ? Finance verte définition

Par définition, la finance verte définit les actions et opérations financières favorisant la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique. 

Rappelons en effet que la finance joue un rôle prépondérant dans la distribution des ressources dans l'économie française et mondiale. Or et actuellement, la finance classique a plutôt tendance à diriger l'épargne des utilisateurs vers les projets les plus rentables, sans tenir compte de l'aspect environnemental de ces investissements.

La finance verte à donc pour principal objectif de financer des projets qui ne portent pas préjudice à l'environnement ou même qui permettent de développer une économie plus durable.

La finance va aussi privilégier l'investissement responsable en ajoutant aux critères purement financiers des critères environnementaux mais aussi sociaux ou de gouvernance, également appelée ESG.

Quels sont les enjeux de la finance verte ?

Comme nous venons de le voir brièvement, la finance verte à pour principal enjeu de financer la transition écologique et énergétique en permettant des investissements dans des outils qui vont retarder les changements climatiques actuels.

Pour faire face à ces enjeux majeurs, le ministère de la transition écologique a pour travail de poser les bases d'un environnement commun à tous les acteurs, avec des règles similaires et des conditions précises. 

Avec la finance verte les acteurs de ce secteur financier doivent mettre un point d'honneur à verrouiller les projets qui sont particulièrement énergivores ou qui détruisent les écosystèmes en cessant de les financer. Ils doivent également favoriser des investissements socialement responsables.

Quels sont les labels de la finance verte ?

Pour favoriser la croissance de la finance verte face à la finance classique, Le gouvernement français a mis en place des labels spécifiques avec notamment : 

  • Le label Greenfin : ce label garantit la qualité verte des fonds d'investissement et s'adresse principalement aux acteurs financiers qui agissent au service du bien commun avec des pratiques transparentes et durables.
  • Le label financement participatif de la croissance verte : cet autre label s'appliquera au développement de projets verts par le biais d'intermédiaires du financement participatif. Il sera attribué face à une capacité de mobilisation d'une communauté permettant de récolter des sommes importantes autour de projets à un pacte positif et dont l'objectif est de financer la transition écologique.
  • Le label ISR : le label investissement socialement responsable vise à concilier performance économique et impact social et environnemental grâce à des financements d'entreprises qui contribuent au développement durable dans divers secteurs d'activité.

Qui sont les acteurs de la finance verte ?

Le secteur de la finance verte réunit des acteurs publics et privés dont bien entendu les investisseurs institutionnels, les banques, les régulateurs, les banques centrales, les assureurs, les agences de notation, les États ou encore les organisations multilatérales. On différencie  actuellement quatre grands acteurs de la finance verte ou écologiques avec : 

  • Les émetteurs : il s'agit notamment des États ou organisations publiques de haut rang, mais également des grosses entreprises cotées ou des banques qui vont distribuer des titres financiers verts. Actuellement, les projets les plus populaires financés par ces émetteurs concernent la construction d'immeubles neufs à forte économie d'énergie ou encore la réfection de biens immobiliers anciens afin de réduire leur consommation énergétique.
  • Les gestionnaires d'actifs : il s'agit cette fois de gros investisseurs qui soient publics ou privés, d'entreprises d'investissement ou de banques, qui vont acheter ces titres et décider de réorienter le financement de projets en se désengageant des projets les plus polluants.
  • Les sourceurs : les sourceurs peuvent également être des États, mais également des régulateurs et autorités de tutelle comme les agences de notation. Leur rôle principal dans la finance verte est de réglementer, d'évaluer les expositions et les impacts des labels imposés et des obligations proposées.
  • La société civile : enfin la société civile comme les ONG ou les organisations syndicales ont pour objectif de produire des études d'impact afin d’exercer une pression sur les décideurs de haut rang et les pousser à réviser leurs critères environnementaux.

Quelle banque choisir pour participer à la finance verte ?

Si en France, de nombreuses banques traditionnelles font actuellement beaucoup d'efforts pour réduire leur empreinte carbone et réaliser des investissements dans la finance verte, il n'existe que deux solutions bancaires 100% durables avec : 

  • La néobanque Hélios : Hélios est la première éco-banque française avec un compte durable et une carte visa en bois qui propose un compte éthique, essentiellement basé sur un modèle bancaire à la fois transparent et qui investit l'argent des clients vers des projets éco responsables. Avec cette banque éthique et durable, le client accède à une transparence totale de l'investissement réalisé à partir de son argent, et ce dès le premier euro. Actuellement, la néo banque Hélios est considérée comme l'une des trois banques les plus éthiques en France et est recommandée par plusieurs ONG.
  • La néobanque OnlyOne : Cette autre néobanque propose quant à elle un compte écologique qui s'engage pour réduire l'empreinte carbone de ses investissements, mais également ceux de ses clients. Le compte courant proposé par cette néo banque a également reçu le label de France Innovation, créé par l'État français, permettant de garantir les valeurs écologiques de ses services. OnlyOne propose à ses clients de bénéficier gratuitement d'un éco-coach qui va leur permettre de suivre leur empreinte carbone et de la réduire au mieux. Il est également possible de choisir de financer automatiquement la plantation de haies ou encore l'installation de ruches avec chaque paiement par carte bancaire par le biais d'un arrondi.

Comment investir dans la finance durable ?

Outre la possibilité qu'il vous est aujourd'hui donné d'ouvrir un compte bancaire classique dans une banque verte, d'autres moyens d'investir dans la finance durable sont à votre disposition.

La finance verte dans l’assurance vie

L'assurance-vie est l'un des produits d'épargne de placements préférés des Français actuellement, mais n'est pas toujours écoresponsable. En effet et en ce qui concerne les unités de compte qui sont des supports d'investissement n'ont pas de garantie de capital, on constate que la majeure partie des fonds sont investis dans des projets relativement polluants.

On observe cependant que de plus en plus de banques proposant des assurances-vie s'engagent à investir dans une majeure partie de fonds ISR ou Greenfin. Aujourd'hui. Malheureusement, ces investissements écoresponsables ne représentent que moins d'un quart de l'encours des unités de comptes de l'assurance vie.

En partant de ce constat, la société Goodvest a décidé de prendre les choses en main et de proposer une assurance-vie entièrement engagée pour l'environnement. En souscrivant à ce produit de placement uniquement composé d'unités de compte, vous aurez la certitude que votre épargne va travailler pour vous, mais aussi pour la transition écologique et climatique.

L'épargne investie dans l'assurance-vie Goodvest sera totalement utilisée dans la transition écologique et pas dans les secteurs des énergies.

Goodvest joue également la carte de la transparence en vous permettant de connaître en temps réel l'empreinte carbone de cet investissement et son impact sur l'environnement.

Les ETFs liés à la finance verte

Une autre manière d'investir dans la finance verte sans passer par une gestion pilotée comme avec l'assurance vie et d'investir via votre PEA ou votre compte-titre ordinaire dans des ETF liés à la finance verte. 

Ces fonds négociés en Bourse doivent être composés exclusivement de valeurs labellisées de la finance durable et donc de titres de sociétés respectant l’environnement ou œuvrant contre le changement climatique.

Voici quelques exemples des meilleurs fonds ETF actuellement disponibles sur le marché et qui agissent pour l'écologie : 

  • Lyxor MSCI EMU ESG Trend Leaders composé d’actions ISR européennes
  • Lyxor Green Bond ETF, qui est composée d’obligations mondiales labellisées Greenfin.
  • IShare MSCI EM SRI qui est composé d’actions labellisées ISR de pays émergents.
  • IShare MSCI Japan SRI qui est composé d’actions ISR japonaises.
  • Amundi MSCI USA SRI, qui est composé d’actions ISR américaines.

Vous pourrez investir dans ces ETF directement ou via des CFD en utilisant un broker d'ETF, à comparer ici :

Investissez dans les ETFs.

Comparez les meilleurs brokers d'ETFs

Fonds ISR : définition

Un fonds d'investissement ISR est exactement identique à un fonds d'investissement classique en ce sens qu'il s'agit d'un portefeuille d'actifs piloté par une société de gestion. Ces fonds sont donc accessibles par le biais d'une assurance vie, d'un PEA ou d'un compte titre, voire dans certains produits d'épargne retraite et salariale.

La seule différence entre un fond classique et un fond ISR et que le fonds ISR n'inclut que des actifs qui s'inscrivent dans une démarche d'investissement responsable.

L'investissement socialement responsable ou ISR, est donc une façon d'investir consistant à tenir compte des problématiques liées au développement durable dans ses choix de placements.

Qu’est ce que les critères ESG dans la finance durable ?

Ce sont les agences de notation qui vont définir si un fonds en bourse peut être considéré comme un fonds ISR en fonction de différents critères d'évaluation, appelés critères ESG. 

  • Le critère environnemental : ce critère détermine que les entreprises sélectionnées dans le fond doivent avoir un impact positif sur l'environnement, sur la pollution de l'air ou sur la qualité de l'eau.
  • Le critère social : ce critère va cette fois s'intéresser à la réalité du travail du personnel des entreprises avec la prévention des accidents, le niveau de formation, le respect du dialogue social ou encore la mixité ou l’équité des salaires.
  • Les critères de gouvernance : enfin, ce dernier critère va s'assurer de la transparence de la direction de l'entreprise et de la manière dont l'entreprise est gérée et dirigée au quotidien.

Ainsi, ce n'est que lorsque les critères ESG sont entièrement respectés qu'un fonds pourra être considéré comme un fonds ISR qui investit uniquement sur des entreprises respectant ces règles.

Quelles sont les formations sur la finance verte ?

Le développement actuel de la finance durable donne lieu au développement de nombreuses formations qui s'adressent à la fois aux professionnels souhaitant faire face à la mutation de leur métier ou à des épargnants sensibles aux enjeux du développement durable. Ces formations sont délivrées par des organismes de formation traditionnels et vous pourrez en trouver de nombreux exemples sur votre moteur de recherche préféré.

Les formations les plus complètes dans la finance verte s'adressent aux personnes disposant d'un niveau bac 3 ou ayant 3 ans d'expérience dans une banque en finance.

L'objectif de ces formations est multiple. Elle vous permettent notamment de : 

  • Comprendre les enjeux de la finance verte ainsi que la dynamique institutionnelle et réglementaire sur le plan national, européen et international.
  • Identifier, comprendre les stratégies d'investissement vertes ou d'investissement climatique, envisageable et crédible ainsi que les conditions de leur mise en œuvre opérationnelle.
  • Comprendre les rapports de force pour apprécier les scénarios d'évolution de la dynamique.

Les métiers de la finance verte sont également en plein développement actuellement et de nombreux étudiants à la recherche d'un métier d'avenir s’y intéressent chaque année.

Coursera propose aussi plusieurs formations sur la finance durable et ses enjeux.

Quel est le rôle de la Banque de France dans la finance verte ?

Tout comme c'est le cas pour la BCE, ou Banque centrale européenne, la Banque de France joue un rôle primordial dans le cadre de la finance verte.

La Banque de France mène en effet une activité de recherche sur la thématique climat et finance verte, dont l'objectif principal est de comprendre les enjeux économiques et financiers liés aux effets du changement climatique et aux politiques publiques mises en place en matière de climat.

Son rôle et son objectif est également d'explorer des pistes relatives à la prise en compte de ces enjeux dans les activités de la banque de france et de la l’ACPR.

Quelle réglementation pour la finance durable ?

Au cours des dernières années, l'Union européenne a développé et mis en place de nombreuses réglementations afin de fournir un cadre légal à la finance durable ou finance verte. Ainsi, plusieurs textes de lois vont avoir un impact significatif sur les fournisseurs et distributeurs de fonds ESG et ISR. En voici quelques exemples.

  • Le règlement SFDR (Sustainable Finance Disclosure regulation) : cette réglementation, entrée en vigueur le 10 mars 2021, a pour objectif une transparence accrue des fournisseurs de produits financiers sur la prise en compte ou non de critères ESG, ainsi que des risques en matière de durabilité dans leur décision et de l'impact des investissements sur l'environnement et la société. Il applique aussi une classification des produits en 3 catégories avec ceux qui n'affichent pas d'objectif de durabilité, ceux qui font la promotion de caractéristiques environnementales et sociales et ceux qui ont pour objectif une incidence positive sur l'environnement et la société.
  • La taxonomie verte : la taxonomie verte est également un pilier du plan européen pour la finance durable et a pour but d'établir une classification des activités économiques considérées comme durables dans la dimension environnementale. Pour bénéficier de ces appellations vertes, une activité doit donc contribuer substantiellement à un ou plusieurs objectifs, dont l'atténuation du changement climatique, une adaptation au changement climatique, une utilisation durable et une protection des ressources aquatiques et marines, une transition vers une écologie circulaire, un contrôle de la pollution ou une protection et restauration de la biodiversité et des écosystèmes.
  • Le règlement Benchmark : en 2019, une modification du règlement Benchmark a permis l'introduction de deux nouvelles catégories d'indices bas carbone. Il s'agit des indices de transition climatique ou CTB, et des indices alignés avec l'accord de Paris ou PAB. Ces 2 indices visent à une réduction immédiate de l'empreinte carbone des portefeuilles par rapport à l'univers du départ ainsi qu'une réduction de 7% de l'intensité des émissions de gaz à effet de serre.
  • La directive MIF 2 : les révisions de la directive MIF entrées en application en août 2022 concerne cette fois les marchés financiers et de la directive sur la distribution d'assurances imposées aux intermédiaires. Ces derniers doivent ainsi recueillir les préférences de durabilité de leurs clients avant de leur proposer un placement financier.
  • La CSRD : cette directive, dont l'application est prévue pour 2024 a quant à elle pour but d'harmoniser la publication d'informations sur la durabilité par les entreprises afin de permettre aux sociétés financières, aux investisseurs et au grand public de disposer d'informations comparables et fiables en la matière.

Quelles sont les autres alternatives de finance responsable ?

La finance verte fait en réalité partie plus globalement de la finance responsable qui inclut également plusieurs alternatives avec : 

  • La finance éthique : la finance éthique est un type de finance qui vise à éviter de financer des secteurs ou des entreprises qui ne respectent pas les valeurs de l'épargnant. Elle tient donc compte des principes moraux propres à chaque individu et à chaque culture. Il n'existe pas à ce jour de consensus sur le cadre de la finance éthique de manière légale, mais on peut considérer que cette finance responsable se base sur une approche variée tenant compte à la fois de critères environnementaux et sociaux.
  • La finance inclusive : ce type de finance a pour objectif de proposer des services financiers qualitatifs et abordables au plus grand nombre, incluant les plus démunis et les personnes qui sont habituellement exclues des circuits financiers classiques. Cela inclut notamment les produits de microfinance comme le microcrédit, professionnel ou personnel.
  • Les investissements à impact : si les investissements responsables ISR ont pour but de limiter les externalités négatives, les investissements à impact ont également pour objectif de soutenir des projets dont la finalité et là génération d'externalités positives. Il s'agit donc d'un investissement visant de manière explicite et intentionnelle à un retour social et environnemental positif, ainsi qu'une performance financière supérieure ou égale à 0 et dont l'impact est mesurable par un processus continu d'évaluation.
  • La finance solidaire : la finance solidaire a pour principal objectif de collecter des ressources essentiellement auprès du grand public, par le biais de produits d'épargne, afin de financer des entreprises de l'économie sociale et solidaire. Les entreprises ainsi financées sont notamment les entreprises agréées entreprises solidaires d'utilité sociale ou ESUS, ainsi que les financeurs solidaires et les organismes de microfinance. Les différents produits des finance solidaires sont identifiables par le label Finansol.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
Posez une question, un expert vous répondra
Votre nom est requis
Il est nécessaire de remplir ce champ